Petit cours de photo basique

Un ami m'a envoyé récemment un lot de photos, prises avec son APN, en me demandant "qu'est ce qui cloche dans mes photos?". Louable souci de progression, de quelqu'un qui ne se résout pas en disant "c'est mon appareil qui n'est pas bon".

 

D'autant que son appareil est bon. Dites pas le contraire, c'est moi qui lui ai conseillé, je voudrais pas qu’il m’en veuille... J'ai commencé par lui répondre en privé, puis je me suis rappelé que ce genre de questions, je les reçois régulièrement. C'est donc que ce n'est pas acquis pour tout le monde, ce qui est logique, chacun sa partie, ses hobbies. Je met donc les réponses ici, en espérant que ça serve à ceux qui le liront. Note importante : Il s'agit ici de grandes généralités, il y a toujours des exceptions. Il s'agit aussi de généralités battues, rebattues, bien connues des photographes; je n'ai aucune prétention en les expliquant, il n'y a rien de nouveau sous le soleil... les photographes chevronnés n’apprendront rien ici, je pense !

 

Bon, alors, ces photos ...

 

I - première chose : le cadrage

 

On ne colle pas son sujet au milieu (sauf exception).Imaginez un rectangle, et ses deux diagonales. Si vous joignez les deux diagonales, vous obtenez... Vous obtenez? Le centre du rectangle, bravo, y'en a au moins un qui suit. Or, si vous regardez bien les tableaux célèbres, vous vous apercevrez que le sujet est souvent excentré. Pas n'importe où, pas dans un angle, pas au pif, mais à un endroit que certains disent lié au nombre d'or, tout ça, ésotérisme et mystère obligatoire.

Le fait est que, quand vous cadrez le sujet principal de votre photo, ne le foutez pas au centre! Divisez mentalement votre photo en 3 parties égales horizontales, et 3 parties égales verticales. Vous obtenez 4 points, qui seront ceux où doivent être mis de façon préférentielle le sujet de votre photo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemple : La première photo est une de celles prises par l’ami précité. Peu importe le sujet ou les autres paramètres. C’est un romantique, il aime les fleurs, mais n’ose pas le dire à ses amis qui le croient manuel. Par souci de préservation pour son anonymat, j’ai donc évité de le nommer. Appelons le « houlahoula », il comprendra.  Or donc, désolé pour les digressions, sa première photo cadre la fleur en plein milieu. C’est moche. J’ai dessiné rapidement sur la 2ème les lignes de force de l’image, et son centre. On le voit, il est plein centre. Un des cadrages possibles, plus efficace, aurait été celui de la 3ème image. La fleur est excentrée sur un des points forts.Ce n’est pas le seul cadrage possible, et pas forcément l’idéal, mais prendre la photo ainsi dès le début aura été préférable.

 

Note : N’importe quel logiciel de retouche photo vous permet de recadrer vos photos : ça ne vous dispense pas pour autant de les cadrer BIEN, dès le début. Pourquoi ? Parce qu’il est parfois impossible de recadrer correctement, selon la disposition du sujet.

 

II – le sens de lecture

 

Les sujets ont souvent un « sens ». L’orientation d’un visage, d’un véhicule, d’une fleur, d’un animal, induisent un « sens de lecture » de la photo. En Occident, le sens de lecture est de gauche à droite, de haut en bas. Ailleurs, ça peut être différent. Mais donc globalement, sauf volonté délibérée du photographe de choquer pour une raison artistique X ou Y, on aura tendance à lire les photos dans ce sens. Ainsi, une voiture qui va de droite à gauche sur une photo donnera l’impression qu’elle va « à contresens ». Cela peut-être très utile pour faire passer un message dans une image. Pour relier ce souci à l’item précédent, il faut en tenir compte quand on cadre (ou recadre). Si la photo avait été cadrée ainsi :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Camélia fait du coup un peu coincé dans le coin de la photo, non ? Il est orienté vers la gauche, et on le cadre en plus à gauche ! Imaginez un visage, tourné vers la gauche, cadré ainsi… Le personnage donnerait l’impression de bouder ou… D’être mal cadré. Donc, pensez, avant tout, à votre cadrage.

 

III – la profondeur de champ et l’isolation du sujet

 

Qu’est ce que c’est que ce truc ? Ah… Je vais essayer de l’expliquer, sans entrer dans des considérations techniques et optiques. La profondeur de champ d’une photo, c’est la zone dans laquelle celle-ci est nette. Selon différents paramètres (je ne vais pas tout expliquer aujourd’hui, j’ai la flemme, et je suis déjà à la bourre pour un client…) tel que ouverture du diaphragme, focale, distance de mise au point, cette POF (appelons la POF. C’est plus simple et c’est assez répandu) varie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemple : On le voit (enfin... Un peu... Vu la faible taille des photos que j'ai collé par souci de place), sur la photo de gauche le gravier est moins nette que sur celle de droite : la POF est moins grande. Or le sujet d’une photo, c’est comme un type barbu à Guantanamo, faut l’isoler pour le faire parler (oooooh, un truc politiquement incorrect, chouette !). En photo macro, ou dans certains autres cas de figures, le but du photographe est d’isoler le sujet, pour attirer le regard du lecteur de l’image sur ce sujet, pas sur tout le cadre. Jouer avec la profondeur de champ est un des moyens.

Comment faire pour diminuer cette POF ? On peut :

 

- Diminuer l’ouverture du diaphragme

- Augmenter la longueur focale de l’objectif utilisé

- S’approcher du sujet

- éloigner l’arrière plan du sujet

 

Une excellente explication sur la POF se trouve ici, inutile que je répète tout ce que d’autres ont déjà très bien expliqué (merci à son auteur, Laurent Breillat) :

 

http://apprendre-la-photo.fr/profondeur-de-champ-flou-darriere-plan-bokeh/

 

Concernant la photo citée plus haut, il aurait fallu chercher à diminuer encore plus la profondeur de champ, en ouvrant le diaphragme, par exemple.

 

IV – Isolation 2, le retour de l’arrière plan

 

Pour isoler son sujet, il faut aussi faire en sorte de choisir son arrière plan. C’est sans doute la faute la plus commune dans toutes les photos : le photographe se focalise sur son sujet, et oublie l’arrière-plan. Combien de suuupers photos de vacances, avec en arrière-plan du couple d’amoureux, une poubelle, un chien qui pisse ou un crétin qui fait une grimace ? Les exemples sont légions. Donc, quand vous prenez une photo, regardez aussi derrière le sujet. Et pis devant. Ah oui, je sais, c’est chiant, faut penser à plein de trucs.

Je suppose que vous connaissez les petits bouquins pour enfants « mais où est Charlie ? » Exemple ici :

 

http://www.newquest.fr/blog/wp-content/uploads/2012/01/Where-is-Waldo-etude-1.png

 

Le principe est simple, arriver à trouver un personnage, Charlie, perdu dans une foule d’autres personnages ou d’autres détails qui vont vous flinguer l’œil, voire les deux. Ce genre de jeu, destiné aux enfants, va nous faire une génération de taupes, ça va être beau à voir. Déjà qu’ils sont sourds à cause des Ipod et autres balladeurs, idiots à cause de la téloche, ils vont en plus être bigleux. L’homme du futur ne sera pas un chasseur, c’est une certitude ! Mais je m’égare...Donc… Isolez votre sujet. Faites en sorte de le présenter sur un fond neutre, ou uni, ou d’une autre couleur. Une autre photo qu’on m'a fait parvenir récemment était un brin d’herbe, avec de jolies gouttes de rosée dessus. Jolie photo, nette, bien cadrée, hélas desservie par un fond… de brin d’herbes. De l’herbe sur de l’herbe, du vert sur du vert, dur pour l’œil.

 

D’une façon générale, un fond « confus » nuit à la lecture d’une image. Donc à moins de pouvoir le flouter grâce à la POF présentée au dessus, ou grace à un jeu de lumière ou tout autre artifice, évitez, quitte à utiliser (Qui a dit « c’est de la triche ? » ) un fond en carton fort, de couleur unie.

 

V – Note concernant la retouche photo

 

On demande souvent aux photographes « tu retouches tes photos ? ». Personnellement je réponds oui, légèrement. Correction de tons légère, légers recadrages, enlever un défaut (poussière de l’objectif) d’un coup de tampon, voire augmentation de la netteté… Mais jamais rien de lourd. Genre « j’enlève un type ou un poteau du milieu de la photo », ou « je colle un truc en plus ». Personnellement, je n’aime ce genre de manips, que j’assimile plus à de l’informatique qu’à de la photo. Maintenant, chacun est libre, chacun a ses choix « artistiques ». Mais il faut bien vous dire que quasiment aucun logiciel photo ne pourra transformer une photo mauvaise en bonne photo… A moins d’y passer un temps considérable. Il vaut donc mieux passer du temps à soigner les paramètres de sa photo, dès le début. En conclusion, améliorez vous, vous aurez moins de travail à faire après !